Débroussaillage du train carottes le samedi 20 juin

Débroussaillage du « train carottes » le samedi 20 juin

Dans le droit-fil des opérations de débroussaillages menées en octobre 2017 et novembre 2018, puis le 13 juin dernier, Kernavélo organise une nouvelle opération le samedi 20 juin 2020.

Un seul chantier est envisagé :

  1. achèvement du débroussaillage à Ty Coat (Plonéour-Lanvern, en contrebas de la Chapelle Bonne Nouvelle) où une vingtaine de mètres n’a pas été dégagée,
  2. et, éventuellement, finition du chemin de liaison entre Ty Coat et l’ancienne voie ferrée, + fauchage / coupe de la partie débroussaillée en novembre 2018  entre Ty Coat et la voie verte de Pont-l’Abbé (station de pompage),

L’opération se déroulera l’après-midi de 14h00 à 18h00, principalement autour du hameau de Ty Coat (chapelle Bonne Nouvelle) à Plonéour)Lanvern.

Si vous souhaitez participer à cette opération, merci de contacter Eric BROUWER par courriel à voiesvertes@kernavelo.org en indiquant de quel matériel vous pourriez disposer (si possible : débroussailleuse, tronçonneuse, …)

Vélobulation du mercredi 17 juin 2020 à Quimper

Kernavélo invite les habitant.e.s de Quimper Bretagne Occidentale et de Cornouaille à participer à une vélobulation#3, mercredi 17 juin 2020, à Quimper, de 18h à 19h.

Une déambulation à vélo pour réclamer une vraie politique cyclable, financée et structurée sur tout le territoire de QBO en lien avec les intercommunalités de Cornouaille.

Le principe de cette action reste le même : un circuit publié sur les réseaux sociaux, mais pas de rassemblement, pas de point de départ, ni de point d’arrivée. Et une participation à horaire libre, dans la limite du créneau horaire défini, en suivant le parcours mis en ligne [cliquer pour élargir] :

Contexte de la Vélobulation :  fin annoncée des aménagements cyclables de transition et retour au tout-voiture en ville

Le maire de Quimper a pris la décision de supprimer les couloirs BUS + VELO sera effective avant le 1er juillet.

Kernavélo pose rétrospectivement la question du choix de cette date, alors que l’année scolaire ne sera pas encore terminée, le Président de la République ayant d’ailleurs appelé, dans son allocution du dimanche 14 juin, l’ensemble des écoliers et collégiens à revenir en classe et à suivre les cours jusqu’à leur terme fixé au samedi 4 juillet.

Pour Kernavélo, la décision de mettre fin à ces aménagements post-confinement est prématurée. L’association aurait souhaité leur maintien jusqu’à la prochaine rentrée scolaire voire jusqu’à la fin du mois de septembre. A la fois pour se donner le temps de tirer toutes les leçons de cette expérimentation de grande envergure dans la perspective de la création de futurs aménagements cyclables permanents, sécurisés et continus. Mais aussi parce que la décision du maire de Quimper risque par ricochet de pénaliser la fluidité et la performance globale du réseau de transports en commun pourtant fortement impacté en ces temps de pandémie.

Les couloirs BUS + VELO déployés à Quimper visaient à répondre aux directives gouvernementales de sortie de crise sanitaire : pallier à la désaffection des transports en commun, et encourager la pratique du vélo pour éviter un report excessif et paralysant vers la voiture individuelle.

Couloirs BUS+VELO : un atout pour les transports en commun

Alors que les bus ont circulé quasiment à vide pendant plusieurs semaines, ils se remplissent de nouveau. Si le public renoue avec les transports en commun, malgré le risque de propagation, c’est que les couloirs BUS+VELO améliorent sensiblement la ponctualité, la fréquence et le potentiel opérationnel des réseaux de transport QUB et BreizhGo. En période de pandémie, ces aménagements provisoires répondent aux objectifs combinés d’efficacité et de maîtrise du taux de remplissage des bus. Ils aident ainsi à améliorer les conditions de transport des passagers et leur distanciation physique à  bord.  Au final, les transports en commun sont plus attractifs, alors que leur image de marque semblait durablement ternie par la crise sanitaire.

En revanche, cette mise en œuvre d’un urbanisme « tactique » à la fois novateur et porteur de résilience, aurait dû rendre plus sécurisante et attractive la pratique du vélo à Quimper. Cela n’a pourtant pas été le cas.

Couloirs BUS + VELO : pour le vélo, peut mieux faire!

Le manque de sécurité et de continuité cyclable sont un des freins principaux au développement du vélo, faiblesses dénoncées par les Quimpérois qui y voient une entrave à un report significatif de la voiture vers le vélo pour les déplacements individuels de moins de 5 km (cf baromètre des villes cyclables 2019, note F attribuée à Quimper = climat cyclable défavorable).

A Quimper, les couloirs temporaires BUS+VELO ont souffert dès leur mise en oeuvre de graves discontinuités et d’un niveau de sécurisation bien en deçà des attentes. Dangereux en fin de section et déconnectés des centres d’intérêt, les couloirs n’ont pas convaincu la plupart des cyclistes, à plus forte raison les moins expérimentés.

Kernavélo, bien que force de proposition pour améliorer et renforcer le réseau, est restée sur la touche malgré les promesses de concertation répétées mais jamais réalisées.

 Si les aménagements cyclables de transition (ACT) manquent d’attractivité, c’est sans doute qu’ils résultent d’une absence prolongée de politique cyclable et d’un défaut de planification en amont de la prise de décision. A cela s’ajoute un manque de culture sécurité, un retard dans la compréhension de ce qu’est un système vélo articulé avec celui des transports en commun et l’incapacité des pouvoirs publics à coopérer avec les acteurs associatifs. Les ACT étaient pourtant l’occasion d’expérimenter des formes nouvelles d’urbanisme et de transversalité dans la perspective des aménagements de demain. Plus que jamais les élus des communes du territoire de l’agglomération Quimper Bretagne Occidentale vont devoir prendre en compte l’évolution des mentalités de leurs concitoyens, mentalités façonnées par les réalités sociales, climatiques et environnementales qui bousculent notre quotidien et dictent notre conduite à tenir pour bâtir un avenir et une société écologiques et solidaires.

Une prime de 50€ pour des cours gratuits de remise en selle : Kernavélo vous accompagne!

Le vélo doit être l’un des moyens de déplacements à privilégier dans la période de reprise des activités économiques, dans la phase de sortie progressive du confinement.

Le vélo, l’atout santé

La première des qualités du vélo, comme de la marche à pied, c’est qu’il permet de transformer le temps de transport individuel en temps d’activité physique.
A ce titre, le vélo est un parfait outil de lutte contre la sédentarité et ses conséquences néfastes, lesquelles accroissent la vulnérabilité aux agressions virales : fatigue chronique, diabète, obésité, insuffisances cardiaque et pulmonaire.
La bicyclette facilite par ailleurs le respect de la distanciation physique prônée par les autorités de santé.

Une prime de 50€ pour desserrer les freins à la pratique régulière du vélo utilitaire

Si les habitants de Quimper et de la Cornouaille plébiscitent toujours plus nombreux le vélo pour leurs déplacements, beaucoup d’amateurs de la Petite Reine limitent la pratique du vélo à la balade occasionnelle, de préférence sur des parcours protégés des voitures. Ces personnes hésitent encore à se mettre en selle pour leurs déplacements quotidiens et utilitaires. Les obstacles tiennent la plupart du temps au manque de confiance en soi, à l’appréhension de rouler dans la circulation (insécurité ressentie ou réelle), à la difficulté à adapter sa conduite à vélo quand on a l’habitude de circuler en voiture.
C’est à ce public que s’adresse la prime de 50€ du dispositif national « Coup de pouce vélo/remise en selle ».

Kernavélo référencée sur coupdepoucevelo.fr / Remise en selle

Kernavélo fait partie des associations disposant d’une vélo-école référencée sur la plateforme coupdepoucevelo.fr.
Dans ce contexte très particulier de l’après-confinement, Kernavélo souhaite accompagner et aider les futurs cyclistes du quotidien à se remettre en selle pour se déplacer en ville en sécurité. Pour ce faire, la vélo-école pour adultes de Kernavélo propose des cours de remise en selle dans le cadre du dispositif national Coup de pouce vélo.
Coup de pouce Vélo est une plateforme de mise en relation entre particuliers et vélo-écoles.

Avec votre prime de 50€, Kernavélo vous offre jusqu’à 3 séances de conduite à vélo

En vous pré-inscrivant sur coupdepoucevelo.fr, et en faisant appel à Kernavélo, vous bénéficiez de la prime de 50€ qui vous permet de suivre une formation gratuite d’apprentissage à la conduite de votre vélo en ville. Cette formation gratuite, moyennant inscription sur coupdepoucevelo.fr, vous donne la possibilité de suivre non pas une mais trois séances de 1h30 chacune.

Les contraintes du Coup de pouce Vélo / Remise en selle : avoir +18 ans, savoir rouler  et venir avec son vélo

Coup de pouce vélo / Remise en selle est un dispositif réservé aux personnes âgées de 18 ans et plus, qui savent rouler à vélo (pour les balades par exemple) mais ont besoin d’être accompagnées pour apprendre à rouler en ville.
Chaque cycliste se présente aux séances avec son propre vélo en bon état et un casque homologué. A défaut, un vélo pourra vous être prêté : contacter la vélo-école de Kernavélo.
La première séance comportera une évaluation de votre aptitude à savoir rouler à vélo.
Kernavélo procédera à un diagnostic de votre vélo pour en vérifier l’état de fonctionnement.
Les cours seront essentiellement pratiques, progressifs et complétés par de la documentation sur la réglementation en vigueur et les bonnes pratiques.

Coup de pouce vélo / Remise en selle : récapitulatif

Etape 1 : pré-réservation sur coupdepoucevelo.fr

Etape 2 : prendre rendez-vous et contacter Kernavélo  :

au 06 76 18 45 38   ou   velo-ecole@kernavelo.org

Le lieu et l’horaire de votre séance seront précisés à ce moment-là, en tenant compte au mieux de vos propres contraintes horaires.

Etape 3 : le jour de la séance, vous vous rendez sur le lieu convenu avec votre propre vélo, muni d’une pièce d’identité et de votre téléphone portable (pour validation de la formation en fin de séance)

Votre vélo a besoin d’une bonne révision ? Pensez au coup de pouce Réparation (cumulable avec le coup de pouce Remise en selle). Prenez rendez-vous avec votre vélociste préféré partenaire du dispositif coup de pouce vélo / réparation ou faites un saut à l’atelier participatif de Kernavélo (adhésion à l’association Kernavélo indispensable. L’atelier Kernavélo n’est pas référencé sur coupdepoucevelo.fr, la prime de 50€ ne s’applique donc pas si vous passez par l’atelier participatif associatif )

Vélobulation à Quimper, mercredi 10 juin 2020

Kernavélo invite les habitant.e.s de Quimper Bretagne Occidentale et de Cornouaille à participer à une vélobulation, mercredi 10 juin 2020, à Quimper, de 18h à 19h. Une déambulation à vélo pour réclamer une vraie politique cyclable, financée et structurée sur tout le territoire de QBO en lien avec les intercommunalités de Cornouaille.

Le principe de cette action reste le même : un circuit publié sur les réseaux sociaux, mais pas de rassemblement, pas de point de départ, ni de point d’arrivée. Et une participation à horaire libre, dans la limite du créneau horaire défini, en suivant le parcours mis en ligne [cliquer pour élargir]

La presse locale se fait l’écho de la suppression programmée des couloirs BUS+VELO à Quimper.

M. Jolivet, maire de Quimper, vient de décider que la suppression des couloirs BUS + VELO sera effective avant le 1er juillet : selon lui, peu de vélos circulent sur ces aménagements provisoires.

L’association Kernavélo partage cette observation : il est difficile en effet de repérer des cyclistes sur les aménagements cyclables pour la bonne raison qu’ils sont déjà passés! Les salariés, lorsqu’ils ne télétravaillent pas, démarrent leur journée à des horaires échelonnés et décalés qui, en l’absence de comptage rigoureux, rendent impossible la moindre évaluation numérique. Dans le même registre, on pourrait déplorer que les parkings automobiles le long des Allées de Locmaria soient vides le soir, la nuit et le week-end : à quoi servent donc ces parkings qui font obstacle à la création de pistes cyclables sécurisées?

Kernavélo regrette cette conclusion hâtive à une expérimentation pourtant intéressante dont on n’aura pas eu le temps de tirer entièrement toutes les leçons. La décision de M. le maire porte un sérieux coup de frein à l’essor tant espéré de la pratique du vélo au quotidien. Et elle risque par ricochet de pénaliser la fluidité et la performance globale du réseau de transports en commun pourtant fortement impacté en ces temps de pandémie.

Rappelons que ces aménagements temporaires, à l’origine réclamés par Kernavélo (courrier du 23 avril), s’inscrivaient dans la stratégie nationale de sortie progressive du confinement. Ils devaient pallier à la désaffection des transports en commun, encourager la pratique du vélo pour éviter un report excessif et paralysant vers la voiture individuelle. Cette mise en œuvre d’un urbanisme « tactique » à la fois novateur et porteur de résilience, aurait dû rendre plus sécurisante et attractive la pratique du vélo à Quimper.

Le manque flagrant de sécurité et de continuité cyclable sont un des freins principaux au développement du vélo, faiblesses dénoncées par les Quimpérois qui y voient une entrave à un report significatif de la voiture vers le vélo pour les déplacements individuels de moins de 5 km (cf baromètre des villes cyclables 2019, note F attribuée à Quimper = climat cyclable défavorable).

A Quimper, les couloirs temporaires BUS+VELO ont souffert dès leur mise en oeuvre de graves discontinuités et d’un niveau de sécurisation bien en deçà des attentes. Dangereux en fin de section et déconnectés des centres d’intérêt, les couloirs n’ont pas convaincu la plupart des cyclistes, à plus forte raison les moins expérimentés d’entre nous, découragés dès lors que les conditions de sécurité ne sont pas réunies.
Kernavélo, bien que force de proposition pour améliorer et renforcer le réseau, est restée sur la touche malgré les promesses de concertation répétées mais jamais réalisées.

Sous-utilisés par les cyclistes, les couloirs BUS+VELO sont cependant un atout pour les transports en commun. Alors que les bus ont circulé quasiment à vide pendant près d’un mois, ils commencent à se remplir de nouveau. Les couloirs BUS+VELO améliorent sensiblement la ponctualité, la fréquence et le potentiel opérationnel des réseaux de transport QUB et BreizhGo. En période de pandémie, ils répondent aux objectifs combinés d’efficacité et de maîtrise du taux de remplissage des bus. Ils aident ainsi à améliorer les conditions de transport et la distanciation physique à leur bord.

C’est pourtant maintenant, à quelques jours du second tour des élections municipales, que leur suppression est enclenchée. Manque de cohérence de la part de M. Jolivet, fervent défenseur des transports en commun ? Hasard du calendrier ou tactique politique et opportunisme de M. le maire de Quimper, candidat à sa propre succession ? La décision n’aurait-elle pas dû être mise en attente et prise par la prochaine équipe élue à partir du 28 juin prochain, date du second tour ?

Si les aménagements cyclables de transition (ACT) manquent d’attractivité, c’est parce qu’ils résultent d’une absence prolongée de politique cyclable et d’un défaut de planification en amont de la décision. A cela s’ajoute un manque de culture sécurité, un retard dans la compréhension de ce qu’est un système vélo articulé avec celui des transports en commun et l’incapacité des pouvoirs publics à coopérer avec les acteurs associatifs. Les ACT étaient pourtant l’occasion d’expérimenter des formes nouvelles d’urbanisme et de transversalité dans la perspective des aménagements de demain. Plus que jamais les élus des communes du territoire de l’agglomération Quimper Bretagne Occidentale vont devoir prendre en compte l’évolution des mentalités de leurs concitoyens, mentalités façonnées par les réalités sociales, climatiques  et environnementales qui bousculent notre quotidien et dictent notre conduite à tenir pour bâtir un avenir sinon durable, du moins vivable.